1. Home
  2.  » 
  3. Actualites
  4.  » Violences conjugales : Les bailleurs sociaux s’engagent !

Quelques chiffres :

 

  • En 2020, 90 femmes ont été tuées par leurs conjoints ou ex-conjoints contre 146 en 2019, soit une baisse de 38%. 
  • +192% : les appels reçus à la ligne d’écoute nationale 3919-Violences Femmes Info ont quasiment triplé lors du premier semestre 2020 par rapport premier trimestre 2019.

Le partenariat établi en 2019 entre Habitat Réuni et la Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF) a pris tout son sens en cette période de crise, notamment pendant le premier confinement marqué par une recrudescence des violences conjugales ou familiales.

Une femme sur dix a été victime de violences conjugales durant le premier confinement du printemps 2020. La période a vu également une augmentation de plus de 40% des interventions à domicile exposant ainsi au grand jour la question du logement.
Rester au domicile d’un conjoint violent ou le quitter ? Et pour aller où ?

La Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF) agit depuis plus de dix ans pour faciliter le relogement des femmes victimes de violences.
En février 2021, Solidarité Femmes a publié le premier guide juridique « Logement et violences conjugales » afin de soutenir ces femmes dans leurs démarches.

Solidarité Femmes a également signé des conventions de partenariat avec l’Union Sociale de l’Habitat ainsi que de nombreux bailleurs sociaux dont Habitat Réuni et ses associés.

Dès 2018, Habitat Réuni avait engagé la construction d’un projet de groupe sur le logement et l’accompagnement de publics spécifiques dont les femmes victimes de violences.
La convention de partenariat signée en 2019 avec la FNSF est venue renforcer l’action déjà menée par les associés sur leurs territoires.

Dans ce contexte, 5 associés d’Habitat Réuni – Gambetta, Pierres et Lumières, RATP Habitat, Habitat Hauts-de-France, Emmaüs Habitat et Toit et Joie – se sont engagés à mettre à disposition de la FNSF près de 40 logements par an en Ile-de-France, dans les Pays de la Loire et dans les Hauts-de-France.

Objectif : Faciliter l’accès au logement de ces femmes victimes de violences conjugales ou familiales.

“Faciliter l’accès au logement
de ces femmes victimes…”

En 2020, la crise sanitaire a bousculé l’activité et freiné les ambitions des bailleurs. Toutefois, la mise à disposition des 22 logements par les associés d’Habitat Réuni a permis de reloger 11 personnes.

Selon Solidarité Femmes, « la mise à disposition d’un nombre plus élevé de logements est nécessaire. Elle permet d’une part de répondre aux besoins des femmes accompagnées par les associations Solidarité Femmes ; d’autre part, d’élargir les possibilités de relogements des femmes victimes de violences au regard de leurs problématiques spécifiques : éloignement géographique, sécurité, précarité des femmes, nécessité des transports en commun, etc. ».

Des équipes formées et sensibilisées

Le partenariat avec la FNSF vise également la formation des équipes de terrain, et notamment les conseillers en économie sociale et familiale, les chargés de clientèle et les gardiens d’immeubles, à la détection des violences et à l’accompagnement des victimes.
Intitulé « Mieux comprendre le phénomène des violences conjugales : repérer les situations de violences conjugales, orienter les victimes », un module de formation d’une journée et demi a été élaboré afin de de favoriser le repérage et l’orientation des femmes victimes de violences conjugales.

En raison de la crise sanitaire, ce module a été dispensé dès janvier 2021 en distanciel auprès des associés d’Habitat Réuni.

A RETENIR


Le 8 mars 2017, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le ministère du logement et de l’habitat durable et le ministère des familles, de l’enfance et des droits des femmes ont signé une circulaire visant à accorder aux femmes victimes de violences un accès prioritaire à un logement social, et leur éviter si possible le recours à un hébergement temporaire.

Autres actualités